• Divinités de l’Inde

    “La forme des dieux n’est que le miroitement de la vacuité .”

    Advayavajrasamgraha


    L’Inde fut le berceau et la terre d’asile de nombreuses religions.

    L’hindouisme y vit le jour et s’y développa ainsi que le bouddhisme, qui s’exila par la suite vers d’autres contrées, principalement la Chine et le Japon.

    Le jaïnisme, le zoroastrisme et le sikhisme y perdurent aussi, plus discrètement, ainsi que les religions musulmanes et chrétiennes.

    Les Dieux vénérés sont nombreux en Inde, mais dans l’hindouisme ces diverses voies d’adoration s’unifient pour rejoindre un unique principe divin : Le Brahman, sans forme et sans attribut, car universel et infini. Les manifestations multiples de ce principe divin unique sous forme de “Dieux” servent à faciliter l’accès du Dieu ultime aux humains.

    Brahman, Dieu suprême, se diffracte en trois principes :

    Brahmâ, le créateur,

    Vishnu, le conservateur,

    Shiva, le destructeur-régénérateur.

    Ils sont respectivement associés à trois shakti, déesses qui complètent leur principe masculin :

    Sarasvati, déesse des arts et de la connaissance

    Lakshmi, déesse de la beauté et de la fortune

    Kali, déesse guerrière, protectrice des fidèles pour lesquels elle abat les démons.

    Il existe une multitude d’autres dieux, tel Ganesha, fils de Shiva et de Kali, dieu à tête d’éléphant et au corps d’homme, protecteur des commerçants, des voleurs, des voyageurs et des lettrés.

    Hanunam, dieu simultanément général d’armée et singe, combat les démons.
    Il est savant et parfois médecin.