• Boris Mouravieff

    Cronstadt, Russie 1890 – Suisse 1966

    Diplômé de l'École Supérieure Militaire de la Marine, il fait son service militaire dans les forces navales de la Mer Noire pendant la Première Guerre Mondiale.

    En 1920, il quitte la Russie pour séjourner à Constantinople et ensuite en Bulgarie.

    En 1924, il s’installe à Paris où il épouse la danseuse russe Larissa Bassova. Il travaille comme ingénieur dans le secteur des combustibles. Pendant ses loisirs, il se consacre à des recherches sur l'Histoire Russe et la Tradition Ésotérique. Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, il est arrêté par la Gestapo ; mais en 1944 il réussit à s’enfuir et se réfugie en Suisse.

    Après avoir quitté la Russie et la France, il recommence sa vie d'historien et de professeur, d’abord à l'École Supérieure Internationale puis, à partir de 1955, à l'université de Genève où il donne des cours sur l'Histoire de la Russie et la Philosophie Ésotérique.

    Il publie des nombreux ouvrages sur ces deux thèmes.  Mais, épuisé par le travail, il meurt d'une crise cardiaque le 28 septembre 1966.

    L'œuvre principale de Boris Mouravieff s’intitule « GNOSIS ». Elle se compose de trois volumes dans lesquels il expose les fondements de la tradition ésotérique de l'orthodoxie orientale par rapport à son aspect plus théorique ; sujet qu’il avait précédemment traité dans un cours intitulé « Introduction à la philosophie ésotérique selon la tradition de l'orthodoxie orientale", tenu à l'université de Genève dans les années 55-58.

    Ce cours rassemble beaucoup d'éléments qui sont absents ou à peine mentionnés dans l’œuvre GNOSIS.

    « GNOSIS » comprend donc trois volumes qui se répartissent en 3 niveaux d'enseignement différents : le niveau exotérique fournit les données de base du travail. Le niveau mésoterique permet à l'étudiant qui possède déjà la base d’intégrer des éléments plus précis et complets pour finalement accéder au niveau ésotérique véritable, dans le troisième niveau.

    L'idée essentielle que Mouravieff expose dans « GNOSIS » est celle du Nouvel homme : l’humanité arrive à un virage, un changement de cycle et se trouve face à la nécessité d’effectuer un saut quantique énorme par rapport à tout ce qui s’est passé auparavant.

    Dans une telle période de transition, il s’agit de créer une nouvelle "élite": l'homme d'élite est un intellectuel ou un scientifique, privilégiant un niveau de science appliquée ; il mène l'Europe vers la Révolution Industrielle qui atteint son apogée avec l'exploitation de l'énergie atomique.

    L’impasse actuelle réside dans le fait que l’homme croit encore possible de résoudre les problèmes présents et à venir avec des méthodes du passé, sans tenir compte des modifications énormes qui se sont produites dans tous les secteurs.

    Concernant la prophétie de saint Pierre, Mouravieff dit que l'homme a deux possibilités :

    • Aller vers un avenir catastrophique (cataclysme prévu par saint Pierre)
    • Ou faire place aux nouveaux cieux et à une nouvelle terre où il accueillera la vérité.

    L'évolution de l'homme selon Mouravieff est abordée en 4 phases :

    CHEVALIER          :       Epoque médiévale

    TECHNOCRATE    :       Renaissance ?

    NOUVEL HOMME  :       Début de l’époque moderne

    SURHOMME        :         Futur

    Dans le MONDE ANCIEN, la PHILOSOPHIE prédominait sur la Religion et la Science.

    Au MOYEN-ÂGE, la RELIGION prédominait sur la Philosophie et la Science.

    A l’ÉPOQUE MODERNE, la SCIENCE prédomine sur la Religion et la Philosophie.

    Dans l'AVENIR, l’ART prédominera sur la Philosophie, la Science et la Religion car il inclut toutes ces disciplines sans les déformer, leur permettant de se réaliser sans déformation et l’ÉTHIQUE sera basée sur l’ESTHÉTIQUE.

    Dans ce changement de cycle, l’homme moderne devrait acquérir une conscience plus profonde de la nature humaine capable de lui révéler l'homme réel, c'est-à-dire l'intériorité de toutes choses.  Les nouvelles problématiques rendent nécessaire la réactivation de l'ancien précepte : « Connais-toi toi-même. » (« et tu connaîtras Dieu et l’univers », comme il est écrit sur le fronton du temple à Delphes.)

    La Tradition prend ses racines dans l’Egypte ancienne (où les mystères étaient révélés dans le plus grand secret), passe en Judée avec Moïse, puis en Eliade avec Orfée et Pythagore. Les apôtres, premiers disciples de Jésus-Christ, ont ensuite fusionné ces deux courants en une doctrine qu’ils ont diffusée dans tout l'empire d’Orient pour la répandre plus tard en Russie et en Europe Occidentale.

    L'orthodoxie orientale préconise, afin de pénétrer les secrets de l'ésotérisme, de se dédier à la fois à l'étude des textes anciens et à l’enseignement de la tradition orale hermétique qui conduit le disciple jusqu'à l'expérience mystique.

    Si l'homme contemporain SCIENTIFIQUE possède une capacité d’analyse et de gestion, la faculté principale de l'homme de l'avenir, du NOUVEL HOMME, sera de discerner spontanément le bien du mal sans autre recours. Le nouvel homme, c'est-à-dire celui de l'élite du futur, sera « né deux fois », car il aura la connaissance de la tradition et en plus cette capacité, faculté de discernement.

    Dans la période de transition, la solution au problème du nouvel homme passe par la substitution du ROMAN UNIQUE au ROMAN LIBRE : en effet, l’homme se dirige vers l’ANDROGYNAT qui est l'état limite de la conscience humaine couronnant les efforts du disciple qui triomphe grâce à sa seconde naissance.

    La Renaissance télépathique sera donc le résultat d'une conception différente de l'AMOUR et des relations amoureuses qui se baseront sur l'évolution de l'expression d'ÂME JUMELLE.

    L'ÉVOLUTION DU RAPPORT HOMME-FEMME, DE L'IDÉE D'AMOUR ET DU ROMAN :

    1. Préhistoire : il y a 40 000 ans, à l'époque de l'homo sapiens, la structure sociale était basée sur le MATRIARCAT qui était l'évolution du mariage collectif. ( ?)

    2. Cycle du Père : il y a 14 000 ans, à l'époque de l' « homo sapiens recens », la structure sociale était basée sur le PATRIARCAT, caractérisé par la polygamie. La femme était une marchandise d'échange : femme légitime, courtisane ou concubine, où l'amour ne jouait qu’un rôle marginal.

    3. Cycle du Fils : Jésus introduit l'idée d'amour réciproque, ce qui produit un changement dans le rapport homme-femme: la marchandise est désormais légitimée.

    4. Naissance du « Roman » qui annonce le début du choix réciproque et trouve son apogée dans le Moyen-âge. On parle de ROMAN LIBRE qui se développera jusqu'au ROMAN UNIQUE qui correspond au Cycle du Saint-Esprit.

    Libéré de l'obligation de la procréation, ce roman futur est appelé à représenter l'union indissoluble de deux êtres bi-polarisés, en leur assurant l'intégration dans l'absolu.

    On parle donc d’"Amour Platonique" (mythe de l'androgyne) d'Orfée et Eurydice, de Pygmalion et Galatée. C'est l'aspiration du cœur humain pleurant sa solitude qui pourra être soulagée enfin par la présence de la FEMME-SŒUR, cet être unique qui est la gloire de l'homme, comme lui-même sera la gloire de Dieu.

    Ainsi réintégré dans la Lumière du Tabor, et faisant partie de la manifestation unique, nous voyons jaillir l’amour véritable qui gagne sur la mort, sur l'incarnation.

    L'amour est l'Alpha et l'Omega de la vie : l’homme naît avec l'alpha et l'œuvre de Boris Mouravieff donne les indications du parcours nécessaire pour rejoindre l’Omega.